La source du réseau hydraulique de l'eau de Lourdes

le réseau hydraulique en lien avec la source de Massabielle 

Eau de source ou eau du Gave ?

150 ans de doute : levons le voile !

Reseau hydrolique eau de lourdes
Depuis l'apparition de la Vierge Marie et de la découverte par la petite Bernadette de la source de la grotte de Lourdes et de son eau miraculeuse en 1858, plusieurs études ont cherché à savoir d'où provenait cette eau de Lourdes, le principal objectif étant de prouver que cette source ne venait pas du Gave de Pau.

Les chercheurs Jean de Bonnefon (1905), l'abbé Richard (1921), Eric Blanrue (2008), Jean de Levat (2008) conclurent leur analyse en se prononçant à une résurgence du Gave.

Les études de l'abbé Mailhet (1921), autour de l'analyse géologique et biologique de la source d'eau de la grotte et de ses bienfaits contrediront les conclusions précédentes. Pour autant, il confirma la présence de deux sources, celle découverte par la bergère, une eau ancienne existant avant les apparitions et provenant d'une nappe souterraine, et une nouvelle source offerte par Marie, dont l'origine ne reposa sur aucun fondement géologique.
Deux autres études, l'une par le spéléologue Norbert Castaret (1940) et l'autre par l'abbé Georges Michelin (1959) abondent dans le sens d'un reseau hydrologique. Même si ces études se distinguent par le point de départ de la source de Massabielle, respectivement du massif de Béout pour l'un, et le Col du Pourtalet pour l'autre, elles se rejoignent pour affirmer l'absence de résurgence du Gave de Pau.

C'est en 1984 que le Bureau de Recherche Géologique et Minière de Toulouse, entreprit une étude longue et sérieuse. Commandité par la Direction Départementale de l'Action Sanitaire et Sociale de Tarbes, ces 2 ans d'analyse mettent en évidence la vallée de Batsurguère et le massif de la montagne de Béout comme les 2 points principaux d'apport de la source de la grotte de Lourdes et enterre définitivement l'hypothèse de la résurgence du Gave.

La dernière étude provient du travail en 2015 d'un géologue de l'université de Varsovie (Pologne), Dariusz Dobrzynski, et un chimiste de l'université de Padoue (Italie), Davide Rossi. Ce travail s'appuie principalement sur l'analyse des eaux alimentant directement l'eau de source de la Grotte de Lourdes. 

Ces 19 points d'eaux, identifiés pour la plus part dans le rapport BRGM, découlent de grottes, de trous, de sources, de passages, de gouffres, dont le détail, que vous retrouvez sur le plan ci-dessus, est :

  1. La source de Massabielle : originelle principalement d'un lac souterrain et modestement de la perte d'Ossen, cette eau profonde sort à 12°C dans la grotte et est en partie visible sous sa plaque de verre. Afin de disposer d'un débit important, des réservoirs sous l'esplanade et proche du chalet épiscopal, permettent la rétention de cette eau et l'approvisionnement des fontaines et piscines par pompage.
  2. La  source de la Merlasse possède une émergence qui passe sous l’hôtel de Padoue de Lourdes. Elle reste accessible par un puisard puis s'écoule le rocher et sous l'hôtel voisin. Il semble que cette source ait un lien hydraulique avec le gouffre de Millas.
  3. La source Margaret se situe près de la statue de la reine d'Ecosse Margaret, à 350 mètres à l’aval de la source de Massabielle. Son eau n'est plus accessible car les robinets de distribution ont été supprimés. Le seul accès n'est plus que souterrain.
  4. Le gouffre de Millas se situe sur l’ancien terrain militaire reconverti en camp des jeunes. Il draine les mêmes eaux que celles du gouffre de la Cité Saint-Pierre. Il a cependant été bouché pour éviter que des eaux usées ne s'écoulent et n'infectent la source de Massabielle.
  5. La Hount des Lavasses est proche du musée du Petit Lourdes. Cette source d'un débit puissant se manifeste par un ruisseau aux eaux vives provenant de la perte d’Ossen et se jetant dans le gave.
  6. Les sources du Mouniquet se trouvent au-dessus du Secours Catholique de Lourdes. Traversant la Cité Saint-Pierre, cette source devrait vraisemblablement alimenter en partie la source de Massabielle.
  7. Les sources du Secours Catholique sont composées de 2 résurgences dont l'une alimente le petit lac artificiel et l'autre se projette dans la source de Massabielle.
  8. Le Gouffre du Secours Catholique fait apparaître des petites résurgences à l’aval de la retenue artificielle, et au nord, vers le pavillon Bethléem. Ces points d'eau, dont l'accès a été comblé par des blocs, profitent sans certitude à la source de la grotte.
  9. La source de la Cressonnière se situe en face à la Hount de Lavasses au parking du Paradis soit de l’autre côté du Gave confirmant ainsi une liaison hydrolique passant sous le fleuve. Cette source reste non visible depuis les travaux de construction du parking.
  10. La source de la fontaine d’Us ou Uch se situe en face de Soum de Lanne. au bord du gave. C'est émergence issue d'un diaclase, souvent à sec, se jette ensuite dans le fleuve.
  11. Le Trou du Boustu se localise à l'entrée de Ségus à droite en venant de Lourdes par la route du Boustu. .Les eaux de ce ruisseau se retrouvent dans un premier temps à la Hount des Lavasses puis dans la source de Massabielle.
  12. Les sources de Ménigou se trouvent près de la ferme du camping de la Forêt et du ruisseau de l'Arboucau. Ces petites sources captées en partie pour alimenter la ferme Ménigou, s'accumulent dans un petit bassin avant semble t'il de s'écouler lentement vers la source de la grotte.
  13. La source de la grotte du Roy se situe près du champ de tir dans une zone karstique remplie de gouffres. Ces eaux alimentent un abreuvoir partiellement remis au jour.
  14. La source-fontaine du bois de Lourdes se localise dans la forêt de Subercarrere. Cette source est captée pour desservir en eau potable, les aires de jeux et les coins pique-nique du bois par plusieurs fontaines.
  15. Le gouffre d’Omex se situe au nord du village d'Omex. A l'est du Castet Miu, des eaux ruissellent dans un trou appelé le trou du Fou dans le massif de St Pé.
  16. La Perte du ruisseau d’Omex (Le Boustu) et la tourbière des Moules sont localisées au bord de la route départementale D13, à la sortie du village d'Omex, direction Lourdes. Une partie des eaux arrive à la source de Massabielle et une autre partie à la Hount des Lavasses. A proximité, on y trouve également une zone d'écosystème humide recouverte de tourbes appelée la Tourbière des Moules. De cette tourbière part le ruisseau des Moules qui rejoint Omex.
  17. La perte du ruisseau d’Ossen se situe dans une prairie au pied des restes de la tour médiévale d’Estibayre. Ses eaux s'évacuent par des gouffres. Une partie des eaux atteindraient  la source de la Merlasse devenue souterraine, puis la Hount des Lavasses avant de se jeter dans le gave au niveau du Musée du Petit Lourdes.
  18. La perte de Sauba du Ruisseau de Latée tire son origine des terrains de l’Aptien. Une partie de la perte se jette à la Hount des Lavasses et l'autre partie se retrouve à la sortie de la source de Massabielle.
  19. La source des Arribas et la source Crabé d'Omex  se situe au nord-est de la ferme Crabé proche de la falaise de l'Arboucau. Ces eaux alimentent la colonie de vacances des Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul à Ségus.
Plus d'un siècle et demi d'histoire, d'explorations, d'études, d'analyses mais aussi parfois de fausses idées, d'inexpériences, voire de mauvaises intentions ont appauvris la réalité. 
Grace à ces 2 dernières études, sérieuses et riches en ressource, l'origine de l'eau de la grotte de Lourdes est clairement identifiée et sans équivoque. C'est bien des résurgences d'eaux de plusieurs sources, d'une centaine de mètres souterres, qui alimentent la source de Massabielle. La thèse d'une connection avec l'eau du Gave est définitivement écartée.