Mémoire de l'eau

Abonnez vous à notre lettre d'information : 


Mémoire de l'eau : reportage de France Cinq


Reportage d'une heure sur la mémoire de l'eau diffusée sur France Cinq en juillet 2014

Ce documentaire révèle les découvertes  révolutionnaires du Pr Luc Montagnier,  prix Nobel de médecine en 2008 pour la découverte du virus du Sida. 

S’appuyant sur les travaux très controversés de Jacques Benveniste sur la mémoire de l’eau, Luc Montagnier revendique d’être capable de téléporter de l’ADN par email. 

A voir et à revoir


Retour Accueil


Voir les produits Crème de Lourdes


Quelle eau boire ?

Par Marc Henry, Professeur chimiste,  lors du conférence organisée par l'association 'Vie et Bien-être" en Décembre  2013.

Boire de l'eau est indispensable pour être en bonne santé. Le corps humain est composé de 70% d'eau en poids mais 99,10% d'eau en nombre de cellules (mol), le reste étant principalement des ions (communément des sels). puis de façon moins nombreuses des acides aminés, des lipides, des nucléotides, des protéines, de l'ARN, des polysaccharides et l'ADN.

Nous sommes donc composés d'eau et d'ions. Mais à quoi servent les ions (potassion, magnesium, sodium, chlorure, bicarbonate, calcium...) ?

Alors, quelle eau boire ? L'eau du robinet ? L'eau filtrée ? L'eau de source ? L'eau minérale naturelle ? Parmi toutes les eaux en bouteille, lesquelles présentent les meilleures caractéristiques ?

Cette présentation, limpide, du Professeur Marc HENRY, apporte un éclairage sincère sur l'eau et son business.

Approche Quantique de l’Eau

Par le Professeur Marc HENRY, au forum "A la rencontre de l'eau" du dimanche 4 novembre 2018 au Puy en Velay, consacrée à la "mémoire de l'eau".

Deux heures de présentation de l'eau à travers le prisme de la physique quantique : le grand bout, le vortex, la réalité pulsative, l'illusion de la matière, le vide n'est plus vide...

Autant de notions exposées avec brio par le Professeur Marc HENRY.


Eau et Electromagnétisme

Par le Professeur Marc HENRY lors de la conférence du 31 mars 2018 organisé par l'association Les Pieds à la Terre.

La vie est un flux d'eau et d'ion. Le flux d'eau dans le corps par jour est de 622 080 litres. La vie étant une lente déshydratation, il est impératif de boire de l'eau tout au long de la journée : 1 à 2 verre le matin...

Il existe 4 états de l'eau : solide, morphogénique, liquide et gazeux. L'eau est une substance diélectrique polaire et est sensible au champ électrique. Il est un conducteur de l'électrique et un courant électrique génère un flux magnétique. La fluctuation quantique du vide de matière...l'eau est fait de champ et d'information...

Présentation brillante du Pr HENRY à découvrir.

L'eau et sa mémoire : ses grands mysteres 

Reportage de 2003

Mémoire de l'eau : vers une révolution de médecine

Mémoire de l'eau_INREES


Et si l'eau conservait l'empreinte de certains éléments avec lesquels elle est en contact ? Plongée au coeur d'un mystère scientifique...

La vie sur notre planète s’est développée dans les fonds marins qui ont permis l’émergence des premiers organismes cellulaires. On peut survivre longtemps sans manger, mais pas sans boire. L’eau constitue 75% de notre corps, mais si l’on raisonne non plus en terme de volumes mais de molécules présentes dans nos cellules, les chiffres sont encore plus parlants : l’eau y est présente à 99%. De plus l’eau aurait la capacité de garder en mémoire les propriétés d’un élément avec lequel elle aurait été en contact. Bref l’eau est la vie ; et les liens que la recherche entretient avec elle, s’ils sont souvent prometteurs viennent perturber l’ordre établi. L’histoire se déroule en plusieurs actes…

Acte 1: Nous sommes en 1980, alors que Luc Montagnier découvre avec Françoise Barré-Sinoussi le VIH - virus responsable du SIDA - le chercheur Jacques Benveniste entreprend ses expériences sur la mémoire de l’eau. Entouré d’une équipe de fidèles scientifiques, bien que virologue reconnu et chercheur à l’Inserm, il est contraint d’agir dans l’ombre d’un préfabriqué. Sa théorie est sulfureuse car elle n’agit pas selon les règles de la biologie classique, mais selon les normes qui régissent l’univers de l’infiniment petit (les quantas). En biologie classique l’action d’une molécule se fait par le contact de diverses molécules entres elles. Or en physique quantique une molécule est à la fois un corps (dit corpuscule) et une onde. On passe de l’atome au quantum ; à cette échelle tout est information, c’est la fréquence et la vibration qui détermine la nature du réel. (A l’échelle de la physique quantique la matière n’existe plus, nos atomes et molécules ne sont que des fréquences d’information).

Le principe de la dilution (qui est aussi celui de l’homéopathie) fait partie intégrante de toute expérience mettant en jeu la mémoire de l’eau. Benveniste démontre que si l’on met en contact une molécule avec de l’eau puis que l’on retire cette molécule par dilution ; à la 24 ème dilution (ce qui reviendrait à diluer la goutte d’ADN initiale dans tout l’océan Atlantique), il reste une stimulation électromagnétique de la molécule de base. Sa conclusion est que l’eau peut émettre et capter des ondes, donc des informations. Son approche révolutionnaire est ridiculisée par les partisans de l’ordre scientifique bien pensant. La revue Nature l’accusant de tricherie fait venir un spécialiste de la prestidigitation pour démontrer la supercherie. En vain. Cependant le discrédit est jeté. Il meurt en 2004 épuisé par son combat.

Comme le dit Jaques Testart – biologiste ayant permis la naissance du premier bébé éprouvette en France – « Benveniste est le Galilée du XX ème siècle, mais les institutions n’ont pas mis de billes sur un truc qui serait immédiatement combattu par les instances scientifiques et pharmaceutiques. » Sa théorie est en effet révolutionnaire. Selon Marc Henry professeur de physique quantique à l’Université de Strasbourg : « Le jour où l’on admet que les ondes peuvent agir on traitera par les ondes. Imaginons que l’on introduise la molécule d’un médicament à haute dilution et enregistre sur un fichier les ondes du médicament. Il suffirait de réécouter le fichier afin de simuler sa présence et ses effets bénéfiques. Cela implique que nous pourrions soigner à distance et sans moindre frais ; c’est la fin du trou de la sécurité sociale ! ».

Acte 2 : Le documentaire House of Numbers, anatomie d’une épidémie sort en 2004. Fruit d’une enquête minutieuse menée par Brent Leung, le film déconstruit un nombre important de poncifs scientifiques et politico-financiers sur le virus du Sida. On y voit notamment Luc Montagnier s’exprimer en ces termes : « Je crois qu’on peut être exposé au VIH plusieurs fois sans être infecté de manière chronique. Si vous avez un bon système immunitaire, il se débarrassera du virus en quelques semaines. De nombreuses solutions existent pour réduire la transmission, qui sont de simples mesures d’alimentation : en donnant notamment de bons antioxydants (ndlr : afin d’éviter un stress oxydatif) et des mesures d’hygiène, afin de combattre les autres infections. Ces mesures ne sont pas spectaculaires, mais elles peuvent parfaitement réduire une épidémie - tel que le connait l’Afrique par exemple - au niveau de ce que connaissent les pays occidentaux. Des mesures simples, peu coûteuses, et très efficaces ».
Les propos ont le mérite d’être engagés et de partager une nouvelle compréhension : celle de l’épigénétique. Alors que la génétique correspond à l’étude des gènes, l’épigénétique s’intéresse à une "couche" d’informations complémentaires qui définit comment ces gènes vont être utilisés par une cellule ou... ne pas l’être. Comme le dit Hervé Morin, « c'est un concept qui dément en partie la "fatalité" des gènes ». Une nouvelle pierre est apportée à l’émergence du 6 ème paradigme ; celui de la relativité du temps et de l’espace soutenu par la compréhension quantique.

Acte 3 : Luc Montagnier qui a apprivoisé pas à pas la mémoire de l’eau, se met à partager ses découvertes. Dans deux publications datant de 2009 son équipe décrit une propriété inédite de l'ADN des agents infectieux, les bactéries dans un cas et le VIH dans l’autre. Il émet l'hypothèse que des bactéries seraient impliquées dans l'autisme et d'autres maladies chroniques. L’ADN induirait des nanostructures dans l'eau émettant des ondes électromagnétiques de basse fréquence après dilution. Les recherches sur la mémoire de l’eau permettent ainsi de détecter les maladies grâce à la présence de signaux électro magnétiques d’origine microbiennes dans le sang. Les applications thérapeutiques sont énormes pour traiter des maladies graves comme l’Alzheimer, l’autisme, et certains cancers. Alors qu’à l’heure actuelle une dizaine de médecins français prescrivent des antibiotiques à des enfants autistes avec une amélioration probante des troubles sur 4 enfants sur 5 parmi les 200 cas traités. Aussi prometteuses soit elles, les recherches de Montagnier jettent un pavé dans la marre des idées reçus. La piste infectieuse présentée à l’époque à l’Académie des Sciences est un tollé…

En décembre 2010 dans une interview à la revue Science il répond: « On me dit que certains ont reproduit avec succès les expériences de Benveniste mais ils ont peur de les publier à cause de la terreur intellectuelle de la part de ceux qui ne les comprennent pas ». Goutte à goutte, la découverte des propriétés étonnantes de l’eau est une évolution paradigmatique qui implique d’ouvrir son esprit… Mais le but de la recherche n’est elle pas de s’engager hors des sentiers battus ?

L’acte 4 nous fait faire un saut quantique à la recherche du temps perdu.

Début 1900 les travaux de René Quinton puis de son successeur Alexis Carrel, prix Nobel de médecine démontrent que l’on peut remplacer la transfusion sanguine par de l’eau de mer , mais aussi que cette eau permet de redonner de la vitalité à un organisme fragilisé. En 1900 il sauve des milliers d’enfants d’une épidémie de choléra. Dans chaque principale ville de France seront crées des dispensaires marins. Scientifiquement et cliniquement, les chercheurs démontrent que l'eau de mer isotonique est le liquide indispensable au développement de la vie, qu'elle correspond au "milieu interne" défini par Claude Bernard et que cette eau de mer intervient dans la régulation de l'homéostasie générale d’un corps en bonne santé. Mais qui pratique aujourd’hui des transfusions à base d’eau de mer ? Est-ce parce que le marché des transfusions sanguines est bien plus lucratif ? Peu à peu le plasma de Quinton est tombé dans l’oubli.

Durant les années 1950, des scientifiques Japonais et Russes ont tenté de trouver des moyens qui serviraient à lutter contre l'accumulation de l'acidité dans l'organisme en s'intéressant de près aux eaux dites miraculeuses (Lourdes en France, Delhi en Inde, Nordeneau en Allemagne et Tlacote au Mexique). Ils se sont très vite aperçus que toutes les sources d'eau de cure avaient des caractéristiques particulières. Elles étaient toutes alcalines, micro structurées et possédaient de nombreux anti-oxydants. Ils mirent au point l’eau de Kangen un système puissant de filtration qui permet de réguler le PH. L’eau Kangen est agréée par le Ministère de la Santé Japonais depuis 1965, plus de 250 hôpitaux utilisent cette eau pour prévenir efficacement un large nombre de maladies et de favoriser un retour à la santé.

A partir du moment où l’on se connecte entre le physique et le métaphysique, l’eau assure l’interface
Par la suite c’est grâce à Masaru Emoto qu’un autre cap est franchi. En photographiant des cristaux d’eau exposés à des pensées il démontre que l’eau est aussi tributaire de nos intentions. Plus récemment Bruce Lipton, biologiste de renom s’est attaché à éveiller les consciences avec encore plus d’acuité. « Avant même de s’interroger sur nos cellules il importe de s’adresser à nos pensées et à nos croyances, elles semblent plus importantes que nos gènes. Nous ne sommes pas victimes de nos gênes. Dans le nouveau paradigme, les lois de l’univers confirmées par la science, impliquent une responsabilité personnelle. La clef c’est d’apprendre à agir sur soi même ».

Qualité centrale de l’eau. Prise en compte des effets de nos pensées et de l’environnement sur nos gènes. La moindre goutte d’eau, tout comme l’émission d’une croyance est déjà une implication. Peu à peu une nouvelle approche de la biologie et de la médecine se dessinent. Nous assistons aux prémisses de la biologie numérique et de la médecine informationnelle que Jaques Benveniste entrevoyait dans son préfabriqué. En effet, tel que le formule Jaques Collin « à partir du moment où l’on se connecte entre le physique et le métaphysique, l’eau assure l’interface ; et la redécouverte de ses modalités d’action permet d’innombrables applications ».

L’acte 5 nous appartient. Conscients de cette révolution nous récupérons notre pouvoir de co-création. Une bonne dose de bons sens, accompagnée de connaissances fondamentales devrait permettre de nous réconcilier avec l’eau qui est l’essence de la vie ; l’importance des « bonnes » ondes ; le corps et sa santé, dans toutes ses dimensions tant physiques qu’énergétiques. Comprendre enfin les liens qui nous unissent au tout. Et pourquoi pas approuver la sagesse populaire qui nous invite à vivre d’amour et d’eau fraiche ?

Source : INREES

Livre sur la mémoire de l'eau : L'eau-delà de l'eau

Mémoire de l'eau : eau dela  de l'eau

L'eau-delà de l'eau : De l'autre côté du miroir de l'eau par Jacques Collin


Après la publication des livres L'Eau le Miracle Oublié et L'Insoutenable Vérité de L'Eau, Jacques Collin poursuit sa quête vers l'ultime révélation de l'eau. En passant de l'autre côté du "miroir de l'eau", l'homme va découvrir de nouveaux univers avec lesquels il va retrouver l'essence et le sens de sa vie. La "reconquête" de ces nouvelles dimensions est, pour chacun, un chemin personnel et intime vers la totalité de son être. A condition d'être à l'écoute de soi, il expose : comment l'intelligence de notre corps, de la vie et sa perfection peuvent nous amener à la certitude que le bonheur, la joie et l'amour sont les seules "fréquences" sur lesquelles la totalité de la Création fonctionne ; comment l'eau, à la frontière des mondes physique et métaphysique, va devenir l'énergie du futur et refonder la société civile. Les nouvelles découvertes scientifiques sur les dimensions du temps démontrent qu'à chaque instant présent, nous sommes en communication avec notre futur et notre passé. Nous sommes des explorateurs du temps. Notre corps biologique, système énergétique et informationnel, n'est qu'un simple point de rencontre provisoire au présent entre notre passé vécu et notre futur projeté. L'homme est un extra-temporel. Libéré de la matière, il est amené à travers les temps de la Création à retrouver les lumières de son éternité et de son unité.

Livre publié le 10/10/2011

Mémoire de l'eau : L'insoutenable vérité de l'eau

Mémoire de l'eau : l'insoutenable vérité de l'eau

Après " L'EAU, LE MIRACLE OUBLIE ", l'auteur poursuit ses recherches sur cet élément qui est une des plus grandes énigmes de l'Univers. La thèse d'avant-garde sur la mémoire de l'eau a mis à quia le petit monde scientifique. Mais pour l'auteur, cette propriété n'est que le reflet de qualités plus prodigieuses, qui expliquent comment l'eau " capte " la vie et ses formes et rejoint le monde de la Conscience et de la Pensée. Jacques Collin décrit les caractéristiques de cette eau idéale dont notre organisme intoxiqué a besoin. Il révèle enfin ce qui a été caché à l'humanité depuis plus de quatre-vingts ans ; il pourrait s'agir là de la plus formidable découverte faite par l'humanité pour s'affranchir des énergies polluantes, épuisables et coûteuses dont les " lobbies " et les pouvoirs d'argent se servent pour asservir et aliéner l'homme. 


Livre édité en septembre 1997


Livre sur la mémoire de l'eau : L'eau, Le miracle oublié

Mémoire de l'eau : l'eau le miracle oublié

La genèse de l'eau et sa place dans la structure des mondes spirituels.
Boire une certaine eau énergétisée et rendue sacrée est la voie la plus facile pour restaurer les terrains de santé et les structures immunitaires.

Le livre traite en particulier les sujets suivants :
• Quelle eau boire ? Comment la boire et quand la boire ?
• Comment notre ADN capte les champs de forme et enregistre et mémorise les informations ?
• L'ADN du futur et notre pouvoir d'agir sur son organisation séquentielle.
• Les fonction de l'eau cellulaires.
• La déshydratation et la dégénérescence cellulaire.
• La bio-électronique.
• Comment dynamiser l'eau ?
• Les fonctions quantiques de l'eau.
• L'eau électronique, l'eau informée, les eaux conscientisées, les eaux miraculeuses, l'eau alchimique.

Un livre à la fois métaphysique, scientifique et ontologique sur cet élément indispensable à la vie, mais que l'on néglige un peu trop.

Jacques Collin nous fait découvrir l'eau même sous ses aspects les plus étranges et inexplicables.


Livre publié en janvier 1990


Retour Accueil
Voir les produits Crème de Lourdes

2012 : 1er Colloque scientifique international à Lourdes : Que signifie guérir aujourd'hui ?

A l'occasion du 20e anniversaire de la Journée Mondiale du Malade, un colloque scientifique international a été organisé à Lourdes, les 8 et 9 juin 2012, sous l'égide du Conseil Pontifical pour les Services de Santé. Le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de la médecine en 2008 et le Docteur Esther M. Sternberg, Internationalement reconnu pour ses découvertes de la science de l'interaction corps-esprit dans la maladie et la guérison, étaient parmi les participants de ce premier colloque.

La thématique de ces deux jours de rencontres et d'échanges fut « Que signifie guérir aujourd'hui ? », que ce soit sous l'angle de la raison et de la science, en lien et non pas en opposition, avec l'influence de la foi et de la prière sur la santé humaine.

En un siècle et demi, 7000 guérisons inexpliquées ont été certifiées par le Comité médical international de Lourdes. De nouvelles avancées scientifiques pourraient-elles percer leur mystère ? Enquête sur le rôle du spirituel et de l'émotionnel dans ces processus de guérison.
Lourdes, juin 2012. A l'initiative des responsables du sanctuaire, un colloque réunit une quarantaine de chercheurs et de médecins, « pas forcément croyants », sur le thème de la guérison.
« A Lourdes, il est de tradition de ne pas opposer foi et science, indique le Docteur Alessandro de Franciscis, Président du Bureau des constatations médicales. C'est notamment le premier lieu saint à s'être doté, à la fin du 19ème siècle, d'un comité d'examen des guérisons, composé de médecins et de psychiatres. »
Une tâche rendue ardue par les progrès de la science. « Aujourd'hui, il n'est plus surprenant de guérir d'une maladie infectieuse ! sourit le Dr de Franciscis. Il y a des traitements pour presque tout. Seules les maladies dégénératives, dont les origines sont méconnues, posent encore question. Nos experts exigent donc toutes les garanties pour vérifier qu'il y avait bien maladie, que le diagnostic était le bon, que la personne est durablement rétablie. Et surtout, qu'il n'existe pas, dans l'état actuel des connaissances, de cas similaire dans la littérature médicale », insiste le Dr de Franciscis.

Dans ces conditions, 7000 guérisons inexpliquées, ce n'est pas rien ! Sans compter celles dont les autorités du sanctuaire ne sont pas informées… A quoi peuvent-elles tenir : au simple fait d'y croire ?
« C'est un facteur », admet le Docteur Esther Sternberg, auteur de Healing Spaces : the Science of Place and Well-Being (Harvard University Press). « 30 à 90% de l'efficacité de n'importe quel traitement reposent sur notre foi dans ses vertus, indique la scientifique, reconnue pour ses travaux sur les liens entre le corps et l'esprit. Quand vous êtes croyant, vous connaissez l'histoire de Lourdes, ses légendes. Consciemment ou non, vous y venez en espérant un bénéfice. Cette attente est un ressort important de l'effet Placebo. »
Pourtant, au Bureau des constatations médicales, on observe que dans beaucoup de cas de guérisons inexpliquées, les gens n'étaient pas venus à Lourdes pour demander leur guérison, mais pour prier pour autre chose, ou pour quelqu'un d'autre. « Intéressant ! réagit le Dr Sternberg. Cela vient confirmer le rôle d'autres éléments, tels que la compassion et l'amour altruiste, dans le processus de guérison. »
Et à Lourdes, l'amour, ce n'est pas ce qui manque ! « Quand je suis venue pour la première fois, en 2006, j'ai été frappée par les visages des pèlerins et des bénévoles, témoigne le Dr Sternberg. Dans le métro à New York, leurs sourires sembleraient suspects, mais ici, l'ouverture du cœur est autorisée, l'empathie et la bienveillance sont prégnantes. Où que vous regardiez, vous voyez des jeunes accompagner des vieux, des valides soutenir des impotents, des malades aider des plus mal en point. Ce soutien social intervient dans la guérison. »

De même que les émotions positives, engendrées par le lieu lui-même et ce que l'on y fait, « dont on a démontré qu'elles participent biologiquement à réduire les méfaits du stress sur l'organisme, à libérer des endorphines (les hormones du bien-être) et à stimuler les défenses immunitaires, rappelle le Dr Sternberg. Dès 1984, un article dans Science Magazine indiquait qu'entre des patients hospitalisés pour un même acte de chirurgie, ceux qui disposaient de chambres avec vue sur des arbres guérissaient plus vite, avec moins de médicaments, que ceux dont les fenêtres donnaient sur un mur. Cette étude a été maintes fois reproduite. » A Lourdes, il y a donc « la brume dans l'air, la lumière du soleil, l'eau des torrents, les courbes des montagnes », mais aussi « le parfum des bougies, la douceur des chants, le son des cloches, la beauté touchante des rituels… Plus ces expériences sensorielles sont riches et positives, plus elles aident le système immunitaire à faire son boulot. » Idem avec la prière, qui, selon le Dr Sternberg, agit sur les mêmes zones du cerveau que le yoga et la méditation. « Peu importe l'activité : nager, prier, chanter, méditer, faire du taï chi, surveiller son alimentation ou suivre une psychothérapie ! Toutes permettent de parvenir à un état mental bénéfique pour la santé. » Pour la communauté scientifique, le pouvoir de Lourdes tiendrait donc dans sa capacité à stimuler, de multiples façons, les liens positifs entre corps et esprit. Mais est-ce tout ? L'eau de la Grotte, cette eau qu'on dit miraculeuse, dont les pèlerins remplissent des bidons, n'aurait-elle pas aussi des secrets à révéler ?
Pour l'instant, son analyse n'a montré aucune propriété particulière, mais la présence au colloque du Professeur Montagnier, venu présenter ses travaux sur la « mémoire de l'eau », pourrait inciter à de nouvelles investigations. « Nous avons prouvé en laboratoire que la dilution de certaines séquences d'ADN dans de l'eau induit la formation de nanostructures, qui conservent des informations spécifiques à l'ADN et sont capables de les transférer », explique le Prix Nobel de médecine.
Mais alors, de quoi serait porteuse l'eau de Lourdes ? De la mémoire d'un principe actif avec lequel elle aurait été en contact ? De « bonnes ondes » transmises par un champ électromagnétique extérieur ? Voire des pensées et énergies positives des six millions de visiteurs annuels, comme le suggèrent le Japonais Masaru Emoto ou l'Américaine Lynne McTaggart ? La théorie est séduisante, mais en l'absence d'études dédiées, ce n'est pour l'instant que conjecture.

Reste le mystère. Parmi les 7000 guérisons inexpliquées certifiées par le Comité médical international de Lourdes, 67 ont été hissées au rang de miracle par l'Eglise, parce qu'elle les juge « porteuses d'un signe. Mais ça, conclut le Dr de Franciscis, c'est une autre histoire. »...

SOURCE : INRESS


Sommaire

Colloque scientifique Lourdes 2012

Professeur Luc Montagnier, prix Nobel de la médecine en 2008

Monsieur Luc Antoine Montagnier est un biologiste virologue français, né le 18/08/1932 à Chabris dans l'Indre. Le06/10/2008, il est co-lauréat du Prix Nobel de Médecine avec François Barré-Sinoussi, pour leur découverte en 1983 du VIH, le virus responsable du SIDA.
Professeur à l'Institut Pasteur dans lequel il dirigea de 1972 à 2000, l'Unité d'Oncologie Virale, il est le directeur de recherche au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) et ancien professeur à l'Université de New York, il est membre des Académies des Sciences et de la Médecine..
En 2010, Luc Montagnier prend la direction d'un nouvel institut de recherche en Chine à l'université Jiaotong de Shangai, où il poursuit ses recherches sur la formation dans l'eau de nanostructures induites par l'ADN.
Le virologue français Luc Montagnier, avance que des champs magnétiques de très basse fréquence induits par de l'ADN sont détectables dans des hautes dilutions de filtrats de culture de micro-organismes (virus, bactérie) ou de plasma d'êtres humains infecté par les mêmes agents. Ces champs électromagnétiques de très basse fréquence « informent » l'eau pure qui serait capable de régénérer de l'ADN identique (à 98 %) à l'ADN initial. Selon l'article, les expériences qui ont permis de parvenir à ce dernier résultat se sont révélées hautement reproductibles : « Il a été clairement montré que les nanostructures de l'eau et leurs résonances électromagnétiques peuvent perpétrer fidèlement l'information contenue dans l'ADN. » Autrement dit, via les champs électromagnétiques, l'information se retrouve dans l'eau sans support matériel. Cette découverte accrédite les travaux de l'immunologiste français Jacques Benveniste, décédé en 2004, découvreur de la controversée « mémoire de l'eau ». Il est le premier à avoir affirmé que l'eau pouvait conserver des propriétés alors que suite aux dilutions, on n'y trouvait pas de molécules actives. Dans un livre publié en 2008, Luc Montagnier affirmait déjà avoir fait des observations qui concordaient avec les travaux de Benveniste. Ayant atteint en France l'âge légal de la retraite, il est parti en Chine où il est devenu directeur d'un nouvel institut de recherche à l'université Jiaotong de Shanghai. Il y poursuit ses recherches sur la formation dans l'eau de nanostructures induites par l'ADN, à la croisée entre biologie, médecine, et physique...


Sommaire

Professeur Luc Montagnier, prix Nobel de la médecine en 2008, Lourdes 2012

Docteur Esther M. Sternberg

Internationalement reconnu pour ses découvertes de la science de l'interaction corps-esprit dans la maladie et la guérison, le Dr Esther M. Sternberg est un acteur majeur dans les initiatives de collaboration sur les corps-esprit-stress bien-être et l'environnement inter-relations. Ses best-sellers populaires Healing Spaces: The Science of Place et le bien-être et l'équilibre au sein: Le Connecting Science de la Santé et des émotions sont des inspirations d'information et une base scientifique pour les médecins et les laïcs aussi bien dans le traitement de la complexité et des frontières du 21e siècle le stress, la guérison et de bien-être. De nombreuses distinctions Dr Sternberg comprennent la reconnaissance par la National Library of Medicine comme l'une des femmes médecins 300 personnes qui ont changé le visage de la médecine, l'Anita Roberts National Institutes of Health Femme conférencier éminent scientifique, et un doctorat honorifique en médecine du Trinity College, Dublin . Directeur de recherche actuellement pour l'Arizona Center for Integrative Medicine, Université d'Arizona à Tucson, le Dr Sternberg était précédemment Chef de la Section des neuroendocrine immunologie et le comportement à l'Institut national de la santé mentale; directeur du programme d'intégration immunitaire Neural NIMH / NIH, et Co-président du Programme intra-muros des NIH pour la recherche sur la santé des femmes. Elle a été décrite sur les programmes de radio et de télévision de nombreux, y compris PBS La Nouvelle Médecine et de la partie Life II, parlant de NPR de la foi et, en 2009, avec des images aux Emmy Awards Résolution gagnantes, créé et organisé une spéciale PBS basé sur ses livres: The Science de la guérison . Bien connu pour sa capacité à traduire des sujets scientifiques complexes pour un lectorat profane, Sternberg a témoigné devant le Congrès, a informé l'Organisation mondiale de la santé, et est un collaborateur régulier de la Science Magazine "Livres et al." colonne, et un chroniqueur régulier pour l'arthrite Aujourd'hui . Un haut-parleur dynamique, reconnue par ses pairs comme un porte-parole du terrain, elle traduit des sujets scientifiques complexes de manière très accessible, avec une combinaison de crédibilité académique, la passion pour la science et la compassion en tant que médecin. Dr Sternbergdonne des conférences à l'échelle nationale et internationale à la fois laïque et public scientifiques et est fréquemment interviewé à la radio , la télévision et le cinéma et dans la presse écrite sur des sujets tels que la connexion corps-esprit, «le stress et la maladie», la spiritualité, l'amour et la santé, et place et le bien-être...



Sommaire

Docteur Esther M. Sternberg Lourdes 2012

Google Analytics

Facebook

Twitter